Projet "Un regard sur l'agriculture thaïlandaise", une exploration de l'agriculture thaïlandaise sur six mois

Riz épisode 3 : Premières interventions techniques pendant la culture

Surveiller les rats

Une des premières activités des riziculteurs après les semis est de surveiller les jeunes plantes et de vérifier s'il n'y a pas de dégâts trop importants dus aux rats. Si c'est le cas, durant le premier mois de culture, les agriculteurs déposent régulièrement aux abords des casiers du rodenticide (mort aux rats, ici souvent du phosphure de zinc) par petits tas avec du riz.

Inonder

Les riziculteurs passent également très régulièrement gérer le niveau d'eau de leurs casiers. Ils procèdent à une première inondation environ trois semaines après le semis. Ils ont donc vidés leur réserve pour semer, l'ont remplie à nouveau durant cet intervalle pour la vider une seconde fois. Il est cependant parfois difficile de réaliser cette première inondation à temps. En effet, celle-ci semble devoir se positionner juste avant le tallage pour permettre une fertilisation à ce moment précis (photos 1 et 2).

Fertiliser

La première fertilisation à lieu environ un mois après le semis, soit au début du tallage dans le secteur pour cette seconde culture du riz. Elle nécessite donc au préalable une inondation comme vu précédemment. L'engrais semé dans la région est de l'urée 46 pure (46 % d'azote) ou un mélange à proportion égales d'urée 46 et d'engrais 16-20-0-2-14 (N-P-K-CaO-S). Le même engin « semoir » à dos que pour le semis est utilisé (photos 3 et 4).Sur toute la culture il y aura généralement trois apports d'engrais de synthèse pour un total de 100UN (unité d'azote = kilo d'azote) soit de 50% à 80% en moins des apports de ce que l'on observe le plus souvent en France sur les blés (COMIFER).

Herbicides

Tous les riziculteurs n'en mettent pas, il semble que si la première inondation est suffisante et bien gérée, les herbicides de synthèse ne soient pas nécessaires. Dans le cas où ils sont appliqués, on retrouve des molécules également utilisées en France, à savoir les suflonylurrées ainsi que les chloroactéamides principalement, pour des applications de post-levée précoce sur graminées. Voici des photos d'une application deux semaines après un semis (photo 5, 6, 7, 8).

Ces trois interventions (inondation, fertilisation et désherbage) sont liées car l'inondation peut éviter l'utilisation de désherbant et permet la fertilisation en rendant possible la dissolution de granulés d'engrais solides. Par ailleurs, on sait aussi que l'engrais apporté peut être utilisé par les adventices si celles-ci ne sont pas gérées avant...

Des escargots

Durant les 2-3 premiers mois, les riziculteurs surveillent aussi les escargots (« oyï ») d'eau qui dévorent semble t-il les jeunes pieds de riz (photo 9).

Par rapport à la dangerosité des produits et à la prise de conscience de celle-ci par les riziculteurs, on voit qu'il y a des différences entre ceux qui préparent la bouillie sans gants et d'autres qui se protègent à l'aide de masques performants. On note que l'un des agriculteurs avec qui je travaille ne souhaite pas traiter ses champs mais sous traite car il estime que ceci est trop mauvais pour sa santé.

Retour à la liste des articles